69 billets dans la catégorie "Qui sommes-nous?"

Célébration de la fête des Mères avec la maman d’une athlète olympique

Dans toute son histoire, Suncor, fière société mère de Petro-Canada, a toujours compté des membres d’une même famille travaillant au sein de l’entreprise : conjoints, frères, sœurs, parents et enfants. Pour souligner la fête des Mères, j’ai eu le plaisir de m’entretenir avec Val Mitchell, conseillère principale, Relations avec les collectivités à la raffinerie d’Edmonton, qui travaille pour Suncor depuis plus de 22 ans, et sa fille, Kelsey Mitchell, qui a été stagiaire d’été à Suncor pendant quelques années.

Kelsey se prépare actuellement à participer aux épreuves de keirin et de sprint aux Jeux olympiques de 2020 à Tokyo au sein de l’équipe de cyclisme sur piste.

Pleins gaz : Val, votre fille et votre époux ont tous les deux travaillé à Suncor. Comment c’était de travailler avec sa famille au sein de la même entreprise?

Val : Mon mari a travaillé au sein du groupe Extraction dans le secteur des sables pétrolifères, puis à l’installation de Firebag. Lorsque Brent et moi travaillions tous les deux dans le secteur des sables pétrolifères, nous nous croisions rarement pendant la journée, mais nous prenions l’autobus ensemble se rendre à l’installation et en revenir. Kelsey a quant à elle travaillé à la raffinerie d’Edmonton pendant trois étés et a occupé un poste de quart pendant deux de ces étés. Je ne la voyais donc pas souvent. Elle tentait toutefois de me rendre visite rapidement au dîner et me laissait à l’occasion une petite note dans mon bureau que je prenais plaisir à lire. Et elle se servait toujours dans mon bocal à bonbons!

Pg : Kelsey, quels sont tes souvenirs de l’époque où tu travaillais à Suncor?

Kelsey : Je me souviens d’avoir participé à la journée de la famille à l’installation des sables pétrolifères et de prendre des photos en famille dans la roue de l’un des camions d’extraction minière. Lorsque nous avons déménagé à Sherwood Park, mon père a changé d’emploi, mais ma mère a été mutée à la raffinerie d’Edmonton. Il nous arrivait donc de travailler en même temps à cet endroit. Malheureusement, nous n’avons pas pu passer beaucoup de temps ensemble lorsque nous travaillions toutes les deux à la raffinerie. Mais je lui faisais des visites surprises au repas et elle s’assurait toujours que nous prenions notre photo annuelle mère-fille! Je n’arrive pas à croire qu’elle savait pour les bonbons.

Val et Kelsey

Pg : Kelsey prendra part à ses premiers Jeux olympiques. Comment se sent-on lorsqu’on est la mère d’une athlète olympique canadienne?

Val : Très fière, mais également terrifiée. La vitesse est au cœur de son sport. Plus vite l’athlète avance, meilleure est sa performance. Cependant, la vitesse est dangereuse et à l’exception d’un casque, les cyclistes sur piste ne portent pas beaucoup d’équipement de protection – alors quand je crie très fort « Allez Kelsey! », je murmure aussi « Sois prudente! ».

Brent et moi avons déjà eu la chance de regarder Kelsey participer à quelques compétitions : les Championnats canadiens de 2018 à Milton, en Ontario, les Jeux panaméricains de 2019 à Lima, au Pérou, et les Championnats du monde de cyclisme sur piste de 2020 à Berlin, en Allemagne. Ce fut une expérience extraordinaire! Nous aimons porter des vêtements aux couleurs du Canada et agiter notre drapeau. Nous envisagions avec tellement de bonheur l’idée de l’encourager à Tokyo, mais je comprends tout à fait pourquoi aucun spectateurs d'outre-mer ne sera admis. Je me demande si le fait de regarder la compétition sur un écran de projection gonflable géant dehors à 4 h du matin en août prochain dérangerait nos voisins...

Les Mitchells avec le drapeau canadien

Pg : Kelsey, tu fais maintenant partie d’Équipe Canada, félicitations! Qu’est-ce qui t’aide à garder ta concentration pendant ta préparation en vue des Jeux olympiques de 2020 à Tokyo? Est-ce qu’une citation ou un mantra t’inspire?

Kelsey : Si tout se déroule comme prévu, je participerai aux compétitions du 4 au 10 août. La COVID-19 a certainement rendu l’année intéressante, et ce fut parfois difficile de rester concentrée. Aucune course n’a eu lieu, alors nous nous sommes BEAUCOUP entraînées. L’équipe canadienne de cyclisme a mené un camp d’entraînement à Edmonton, en Alberta. J’ai emmené l’équipe pour un tour à vélo au cours duquel nous sommes passées devant la raffinerie – cela m’a rappelé des souvenirs.

Je me dis cette phrase toute simple : « fais de ton mieux ». Nous avons tous de bonnes et de mauvaises journées. Il y a des jours où un athlète a mal et est fatigué, et peut être un peu moins motivé. S’il est au rendez-vous chaque jour et qu’il donne le meilleur de lui-même, on ne peut demander plus. Je sais que j’aurai beaucoup de pression aux Jeux olympiques, et que je serai nerveuse et stressée. Cependant, j’espère que je saurai à ce moment que, peu importe le résultat final, j’aurai donné le meilleur de moi!

Pg : Kelsey, y a-t-il un entraîneur, un athlète ou une personne qui tu admires et qui te sers de modèle? Le cas échéant, pourquoi?

Kelsey : Ma famille et mes amis sont ma source d’admiration et d’inspiration. J’ai des coéquipières – du passé et actuelles – qui m’inspirent chaque jour. Durant un entraînement difficile, il n’y a pas meilleure motivation que de voir mes coéquipières travailler d’arrache-pied et être trempées de sueur également.

Les Mitchells

Pg : Val, le travail d’équipe est essentiel au travail et dans les sports. Que t’ont appris tes expériences personnelles au sujet du travail d’équipe?

Val : Pour moi, le travail d’équipe, c’est un groupe de personnes qui mettent à contribution leurs talents, leur énergie et leur passion pour atteindre un objectif commun. À la raffinerie d’Edmonton, la situation entourant la COVID-19 a vraiment illustré ce qu’on peut faire pour « protéger la bulle » pendant la lutte contre cette pandémie éprouvante – 13 mois ont passé pendant lesquels plus de 400 personnes se sont attaquées à un problème de différentes façons!

Pour Kelsey, qui pratique un sport individuel en compétition (et non pas un sport d’équipe comme le soccer), le travail d’équipe signifie travailler avec son entraîneur, le personnel d’entraînement et ses coéquipières de l’équipe canadienne de cyclisme sur piste pour qu’elles gagnent en vitesse et en force ensemble. Malgré le fait qu’elles soient en compétition l’une contre l’autre (et cela peut engendrer beaucoup d’émotion parfois), elles visent toutes un objectif commun : une place pour le Canada sur le podium international!

Pg : Val, si vous pouviez donner un conseil à Kelsey en vue de sa participation aux Jeux de 2020 à Tokyo, que lui diriez-vous?

Val : Crois en toi – tu es forte et solide. Ton engagement et ton dur labeur t’ont menée à ce rêve de participer aux Jeux olympiques de 2020 à Tokyo dont tu parlais lorsque tu as entamé cette aventure en 2018. Reste concentrée, pédale vite, et peu importe le résultat, sois très fière de tout ce que tu as accompli. Ta famille et tes amis sont extrêmement fiers de toi, Mitchy!

Kelsey en Lima
Crédit photo: Dave Holland/COC

Pg : Kelsey, cette histoire sera publiée pour souligner la fête des Mères. Aimerais-tu nous dire quelque chose de particulier au sujet de ta mère?

Oh, Val Mitchell. Ma mère. Cette femme est exceptionnelle. Elle arrive à tout accomplir; c’est comme si elle avait plus d’heures dans une journée que les autres. Lorsque j’étais plus jeune, elle travaillait à temps plein, faisait du bénévolat, élevait trois enfants, et trouvait tout de même le temps d’assister à mes compétitions pour m’encourager. Elle a passé des heures et des heures à me conduire à des séances d’entraînement, des parties et des tournois. Des heures sous la pluie et dans la neige à me regarder courir et botter un ballon. Elle est ma plus grande admiratrice et supportrice depuis le premier jour, et je sais qu’elle me lancera plus de cris d’encouragement que jamais lorsque je serai sur la ligne de départ à Tokyo.

~|~

Val et Kelsey, merci beaucoup d’avoir partagé votre histoire avec les lecteurs de Parlons carburant. Kelsey, nous serons de tout cœur avec toi à Tokyo!

Depuis 1988, Petro-Canada a versé plus de 12 millions $ en soutien financier à plus de 3 000 entraîneurs et athlètes canadiens (et familles des athlètes) par l’entremise de programmes et de prix, comme les bourses du programme Favoriser les athlètes et les entraîneurs à la conquête de l’excellence (FACEMC), les Prix d’excellence Petro-Canada aux entraîneurs à l’occasion du Gala des prix du leadership sportif, le programme Famille des athlètes canadiens et le Prix du porte-drapeau James Worrall.


Prendre soin de ceux qui prennent soin des autres – la Fondation proches aimants Petro-Canada

La Journée nationale des proches aidants – une journée où nous reconnaissons formellement la contribution incroyable de huit millions de proches aidants à l'échelle du Canada envers leurs familles et amis – a eu lieu le 6 avril dernier, il y a quelques semaines. Grâce à un partenariat avec l'Association canadienne de soins et services à domicile (ACSSD), nous avons présenté les histoires de nombreux proches aidants canadiens. L'une des leçons les plus importantes que nous avons apprises grâce aux histoires des proches aidants est que la Fondation proches aimants Petro-Canada – un organisme créé pour prendre soin de ceux qui prennent soin des autres – est plus nécessaire que jamais, surtout pendant cette période marquée par la COVID-19.

un organisme créé pour prendre soin de ceux qui prennent soin des autres

La quantité incroyable d'amour et tout le dévouement et le travail des proches aidants sont rarement reconnus. Nous voulons aider à donner de la visibilité à ces héros dévoués et compatissants. Renseignez-vous davantage sur l'importance de prendre soin de ceux qui prennent soin des autres et la façon d'aider à prochesaimants.ca.


Soutien d'un avenir sobre en carbone grâce aux essais de diesel renouvelable hydrotraité de Petro-Canada

Puisque j'écris pour un blogue appelé Parlons carburant, on pourrait penser que j'en sais davantage sur l'évolution du carburant. Mais pour être franche, je me concentre plus sur des choses comme la sécurité en matière de conduite ou les progrès de l'infrastructure urbaine. J'étais donc ravie de discuter avec l'équipe des carburants renouvelables de Petro-Canada et d'en apprendre davantage à propos d'un programme pilote passionnant et novateur entrepris en Colombie-Britannique et portant sur l'utilisation du diesel renouvelable hydrotraité (aussi appelé DRH).

Tout d'abord, un peu d'information sur le biodiesel, un diesel sobre en carbone utilisé depuis de nombreuses années. Il s'agit d'un carburant de rechange biodégradable, utilisé dans les moteurs diesel et fabriqué à partir de charges d'alimentation renouvelables comme les huiles végétales, les huiles de cuisson usagées ou les graisses animales. La production du biodiesel est un processus chimique qui produit une molécule oxygénée appelée ester méthylique d’acide gras (EMAG).

En vue de soutenir son engagement à faire partie de la solution globale pour répondre à la demande d'énergie (elle a en effet construit la Transcanadienne électrique!) et réduire l'empreinte carbone du système de transport, Petro-Canada explore les avantages de l'utilisation de mélanges à teneur plus élevée de diesel renouvelable hydrotraité (DRH) pour les clients commerciaux. Le DRH utilise comme charge d'alimentation les mêmes matières renouvelables que celles que l'on retrouve dans le biodiesel, mais il est produit à l'aide d'un processus de raffinage chimique appelé hydrotraitement, qui comprend le traitement de la charge d'alimentation avec de l'hydrogène à une température et une pression élevées. Ce processus élimine plus d'impuretés que celui utilisé pour le biodiesel et il est semblable à celui utilisé pour produire les carburants classiques, et donc les propriétés chimiques du DRH sont similaires à celles du diesel de pétrole classique. Cette similarité signifie qu'une entreprise peut passer facilement du diesel ordinaire au DRH sans devoir apporter d'importants changements à ses activités actuelles.

Un technicien de BCIT travaille sur un moteur dans le cadre des essais en laboratoire du DRH
Un technicien de BCIT travaille sur un moteur dans le cadre des essais en laboratoire du DRH

Le diesel renouvelable présente plusieurs avantages sur le plan de l'environnement, y compris la réduction des émissions de gaz à effet de serre et de gaz d'échappement, ainsi que la réutilisation des déchets (évitant ainsi leur enfouissement), de même que sur le plan opérationnel comme une diminution des coûts de maintenance et une amélioration de la longévité de l'équipement.

Afin de soutenir ses clients commerciaux, Petro-Canada teste l'utilisation de mélanges à teneur plus élevée de DRH, en commençant avec certains clients de parcs de véhicules routiers, ainsi que certains parcs municipaux et applications hors route dans la province de la Colombie-Britannique. Son programme d'essais liés au DRH inclut des tests en laboratoire et sur le terrain pour des résultats sur les plans de l'exploitation, du rendement et des émissions en vue de soutenir les clients dans leur transition à un carburant plus durable, tout en favorisant la continuité et la croissance des activités.

Vous avez des questions à propos du biodiesel ou du DRH? Dites-le-nous dans les commentaires et nous pourrons y répondre dans une prochaine publication!

~ Kate T.


Remettre en question les idées reçues – Une entrevue avec Shannon Wing dans le cadre de la Journée internationale des femmes

Le 8 mars, c'est la Journée internationale des femmes #JIDF2021 – un événement mondial qui célèbre les réalisations des femmes et sert d'appel à l'action pour accélérer le progrès vers la parité entre les sexes (anglais seulement). La reconnaissance et l’élimination des obstacles – notamment ceux liés à la culture, aux générations et aux genres – nous aideront à bâtir un monde meilleur et un lieu où il fait bon travailler pour tous. Chaque année, nous célébrons cette journée en présentant des femmes de la famille Petro-Canada et de notre société mère, Suncor, pour en apprendre davantage sur leur rôle, leurs réflexions sur l'égalité des sexes et la façon dont elles appuient un lieu de travail respectueux et inclusif.

Nous présentons aujourd'hui Shannon Wing, récemment nommée directrice divisionnaire principale, Stratégie et expansion commerciale pour les activités de Petro-Canada à Suncor. Avant cette nomination, Shannon a occupé plusieurs postes de direction à l'échelle de Suncor au sein des groupes Stratégie, Expérience des clients et Finances.

PT-IWD2021-SW_fr
 

Shannon est également la présidente du réseau d'inclusion au travail de Suncor – un groupe de ressources à l'échelle de l'entreprise qui appuie les employés dans la création d'un lieu de travail respectueux et inclusif où les perspectives, expériences, antécédents, cultures et attributs uniques sont valorisés et mis à profit pour aider à atteindre de meilleurs résultats.

Parlons carburant : Vous avez eu une longue carrière à Suncor qui continue en force. Jusqu'à présent, quels sont les points saillants de votre carrière dont vous êtes le plus fière?

Bien que de nombreux projets me viennent à l'esprit, je pense que les points saillants les plus importants ont été les occasions de leadership et de mentorat qui m'ont été offertes – voir les personnes grandir et réaliser des choses qu'elles ne pensaient jamais réaliser; les habiliter et les inciter à offrir ce qu'elles ont de mieux. Cela signifie habituellement d’inciter les gens à sortir de leur zone de confort tout en veillant à ce qu'ils se sentent appuyés. Ce rôle nécessite également la création d'un environnement propice à l'apprentissage – où vous pouvez parler des points à améliorer et tirer des leçons de ces expériences de façon continue. La création de ce type d'environnement pour les employés et au sein des équipes est ce qui me passionne le plus.

Parlons carburant : Vous êtes la présidente du réseau d'inclusion au travail à Suncor. Pouvez-vous m'en dire un peu plus sur le mandat du réseau?

Nous nous efforçons de cultiver un environnement et une culture de travail inclusifs. Il s'agit d'un réseau communautaire et dirigé par les employés, qui est tout de même bien appuyé par l'entreprise. Des principes et programmes I et D officiels font partie de l'équation, mais ils ne sont pas suffisants. À moins que vous ayez créé un environnement où les employés se sentent à l'aise d'exprimer différentes opinions, vous ne tirez pas parti des avantages d'un lieu de travail diversifié.

Grâce à ce réseau, nous avons entamé des conversations importantes et par la suite, commencé à changer l'entreprise. J'ai eu l'occasion de participer à l'inauguration de la table de ronde de la Journée internationale des femmes en 2019, qui a remporté un franc succès. Dans les années passées, ce type de dialogue n'avait pas lieu de façon ouverte. Depuis, nous avons deux groupes particuliers à l'intention des employés axés sur les questions liées au genre. Chaque année, nous faisons avancer la conversation et saisissons de nouvelles occasions. Ce groupe WIN à l'intention des employés a maintenant plus de 1 000 membres inscrits qui ont démontré leur désir d'en apprendre plus sur l'inclusion et la diversité!

Pour témoigner du changement qui se produit dans l'entreprise, Suncor vient d'être nommée l'un des meilleurs employeurs pour la diversité au Canada de 2021 par Mediacorp Canada Inc. (anglais seulement)

Parlons carburant : Au cours de vos années passées à Suncor, qu'est-ce qui vous a aidée à vous orienter dans le milieu du travail et votre carrière au sein d’une industrie traditionnellement dominée par des hommes?

J'ai travaillé dans plusieurs secteurs au sein de Suncor – j'ai plus récemment occupé des postes dans les groupes Stratégie, Expérience des clients et Finances. Durant ces transitions, j'ai adopté une mentalité selon laquelle je ne peux pas me comparer aux autres. Je me concentre plutôt sur ce que je peux apporter à un poste. Au fil du temps, j'ai dû apprendre que différentes expériences ajoutent de la valeur à un rôle, et acquérir de la confiance. Ne vous comparez pas à ceux qui étaient là avant vous; concentrez-vous sur les éléments uniques que vous apportez au poste.

Le fait d'avoir passé la majorité de ma carrière dans une industrie dominée par les hommes s'est traduit par des niveaux inférieurs de représentation des femmes au sein de la direction. Cela signifie également qu'il y avait moins d'occasions de mentorat. J'ai été en mesure de combler ces lacunes en créant des réseaux de pairs. Je me fie constamment aux personnes au sein de mon réseau pour recevoir des avis et conseils que l'on obtient habituellement au moyen du mentorat. Pour l'avenir, ce groupe de pairs a pris un engagement collectif visant à encadrer d'autres personnes qui cherchent du soutien. J'espère que nous pourrons combler cette lacune pour la prochaine génération!

Parlons carburant : Comment célébrez-vous les réalisations des femmes?

Je pense qu'il est important d'offrir de la visibilité aux réalisations des femmes en s'assurant qu'elles sont soulignées de la même façon que celles de leurs pairs. Souvent, les femmes sont humbles et peuvent minimiser leurs propres réalisations. En tant que leaders, nous devons nous assurer de surveiller cela de près et veiller à ce que les réalisations de tous soient célébrées également. Cela peut parfois être aussi simple que de mentionner la réussite d'une autre personne lorsqu'elle s'abstient de le faire. Dans d'autres cas, il est nécessaire que le processus soit plus officiel et ait lieu durant les évaluations du rendement pour que les employés obtiennent la reconnaissance qu'ils méritent.

Parlons carburant : Quels sont deux conseils importants que vous donneriez aux femmes au travail?

Tout d'abord, bâtissez votre réseau à l'intérieur et à l'extérieur de votre entreprise pour être en mesure d'obtenir des points de vue et des conseils au moment de faire face à des défis. Les amis, les collègues et la famille peuvent offrir des perspectives différentes à l'égard d'une situation. Utilisez votre réseau pour recevoir des encouragements et du soutien.

Ensuite, n'ayez pas peur d'accepter ou de demander à relever de nouveaux défis. Ce sont souvent ces défis qui vous font le plus grandir et vous développer. Faites ce qui vous rend inconfortable. Je pousse continuellement les membres de mon équipe à accepter de nouveaux projets et de nouvelles occasions d'apprentissage de façon régulière – l'apprentissage continu est important.

Parlons carburant : Le thème de la Journée internationale des femmes 2021 est Choisissez de relever le défi – un monde qui relève des défis est un monde sensibilisé. Et des défis naît le changement. Qu'est-ce que cela signifie pour vous?

Pour moi, le mot « défi » signifie devenir consciente des préjugés inconscients, accroître la sensibilisation à ceux-ci, puis mener des conversations pertinentes. Nous voulons des perspectives variées autour de la table. Un défi peut aider à comprendre qu'il existe différentes façons d'aborder une situation. Il ne faut pas qu'un défi se transforme en confrontation – il doit changer la perspective. L'objectif est d'inviter les personnes à prendre part à la conversation au lieu de les critiquer. Pour faire évoluer les mentalités, il faut entamer un dialogue plutôt qu'un débat.

 

Shannon, merci beaucoup d'avoir pris le temps de partager votre expérience!

~Kate T.


Convertir des déchets commerciaux et industriels en biocarburants

Vous souvenez-vous de la scène à la fin du film Retour vers le futur où le docteur Brown enfonce des déchets dans le « réacteur à fusion nucléaire Mr. Fusion » fixé à la DeLorean, sa machine à voyager dans le temps? Ce film est sorti quelques années avant que j'obtienne mon permis de conduire, et je me souviens d'avoir pensé que ce serait génial de jeter quelques pelures de bananes dans le réservoir de la voiture au lieu de se rendre à une station-service (clip vidéo en anglais seulement).

À mon grand désarroi, la vision de Retour vers le futur n'est toujours que de la science-fiction et nous n'avons toujours pas de réacteurs à fusion nucléaire Mr. Fusion. Toutefois (lueur d'espoir!), nous faisons des progrès dans le processus de conversion des déchets en énergie.

Suncor, fière propriétaire de Petro-Canada, donne une deuxième vie aux déchets commerciaux et industriels (mais pas aux pelures de bananes) dans le cadre de son partenariat pour la construction d'une usine de biocarburants au Québec. Le 8 décembre, Enerkem, un leader mondial de la conversion de déchets en biocarburants et produits chimiques, ainsi que Suncor, Shell et Proman et avec le soutien des gouvernements du Québec et du Canada, ont annoncé qu’ils faisaient équipe en vue de construire une usine de biocarburants à Varennes, dans la grande région de Montréal.

Enerkem

La nouvelle installation au Québec – Recyclage Carbone Varennes (RCV) – convertira plus de 200 000 tonnes de déchets industriels et commerciaux non recyclables en une production annuelle de près de 125 millions de litres de biocarburants. Une fois construite, l'installation contribuera à une réduction des émissions de gaz à effet de serre équivalant au retrait de près de 50 000 véhicules des routes chaque année.

Suncor a déjà investi dans Enerkem et a travaillé avec l'entreprise pour élargir ses activités à son usine de biocarburants Enerkem située à Edmonton, en Alberta, en détachant des employés de Suncor possédant une expertise dans l'exploitation d'usines industrielles. L'usine de biocarburants Enerkem est la première usine à l'échelle commerciale à transformer des déchets solides municipaux mixtes non recyclables et non compostables en éthanol cellulosique, un biocarburant reconnu. La combustion de biocarburant réduit de façon importante les émissions de carbone. Par conséquent, lorsque nous mélangeons de l'éthanol à nos produits pétroliers (notre essence est actuellement composée de 10 % d'éthanol), de l’essence plus propre est utilisée sur les routes.

Dans un avenir prévisible, nous devrons continuer de jeter les pelures de bananes dans le bac à compostage plutôt que dans nos réservoirs à essence. Les investissements comme celui dans l'installation Recyclage Carbone Varennes contribuent néanmoins à notre progression vers un avenir sobre en carbone.

~Kate T.