34 billets dans la catégorie "Comment ça marche?"

Le recyclage des véhicules, c’est bon pour la planète et pour le portefeuille

Le recyclage des véhicules

J’ai lu aujourd’hui que les véhicules sont recyclés en moyenne après 11 ans d’utilisation. C’est une bonne nouvelle, car, en 1995, un véhicule était mis au rancart après environ huit ans. C’est pourquoi j’éprouve un peu d’anxiété quand je pense à notre vénérable Chloé, une Saturn Vue qui approche de son dixième anniversaire.

Pour tout vous dire, je redoute le jour où je devrai me débarrasser de Chloé. Elle est si fiable et confortable, sans compter que Saturn ne fabrique plus de voitures, que trouver un véhicule comparable relève du défi. Heureusement, elle est bien entretenue et nous la conduisons avec modération, ce qui fait que nous espérons qu’elle durera plus longtemps que la moyenne des véhicules.

Puis, je me suis posé la question suivante : que fait-on d’un véhicule parvenu à sa fin de vie? Eh bien, on peut le recycler!

Vous pouvez vérifier auprès du fabricant s’il dispose de son propre programme de recyclage; les fabricants offrent souvent des incitatifs, notamment d’importants rabais applicables à l’achat d’un nouveau véhicule, si vous recyclez le vôtre auprès d’eux. Mais si ce n’est pas le cas, vous pouvez vous tourner vers Retire Your Ride.

Il s’agit d’un programme national créé par le gouvernement fédéral en 2009 pour inciter les automobilistes propriétaires de véhicules datant d’avant 1995 à retirer de la route les véhicules polluants. Le programme devait prendre fin en 2011, mais il a connu tellement de succès qu’il existe toujours aujourd’hui, mais sa gestion en a été confiée à Automotive Recyclers of Canada.

Comment ça fonctionne? Quand vous voulez vous débarrasser de votre véhicule, vous remplissez une formule sur le site Web de Retire Your Ride et précisez des détails sur le véhicule à confier à un réseau de professionnels locaux du recyclage des automobiles. Chacun de ces professionnels présente une soumission pour votre véhicule et Retire Your Ride vous communique la plus avantageuse. Si vous l’acceptez, on viendra chercher votre véhicule et vous remettra un chèque. Pas mal!

Le processus de recyclage comporte trois volets. Le recycleur :

  • se débarrassera des fluides toxiques ou des pièces du véhicule de façon écologique;
  • récupérera les pièces qui peuvent être réutilisées;
  • recyclera le reste de votre véhicule afin de créer une multitude d’autres objets.

Consultez la page de Responsible Recycling sur le site Web de Retire Your Ride pour en savoir plus sur le recyclage des véhicules.

Vous êtes prêt à mettre votre voiture au rancart? Je comprends, c’est une décision difficile. Mais il vous suffit de commencer par remplir une formule de Retire Your Ride.

Quel a été votre record de longévité pour un véhicule? Avez-vous déjà recyclé un véhicule? Racontez-nous ce qui est arrivé dans la section des commentaires.

- Rose R.

 


Rappel concernant le rendement du carburant : cinq conseils d’entretien pour améliorer l’économie de carburant

Améliorer l’économie de carburant

Nous cherchons tous à économiser de l’essence et avec l’été qui s’achève, Pleins gaz donne cinq conseils d’entretien pour vous aider à améliorer le rendement du carburant et prolonger la vie de votre véhicule.

Vérifiez votre filtre à air. Plus le filtre est propre, plus il y d’air qui arrive au moteur, ce qui optimise le mélange combustible et l’économie de carburant. Vous pouvez consulter le manuel du propriétaire pour savoir à quelle fréquence vous devriez remplacer le filtre. Voici un bon truc pour savoir si le moment est venu de le remplacer : tenez-le dans la lumière et s’il ne laisse pas passer la lumière, il faut le changer. De plus, la plupart des filtres sont de couleur pâle, tout comme le filtre de votre appareil de chauffage. S’il est gris ou noir, vous l’avez deviné, il faut le remplacer.

Vérifiez la pression d’air dans vos pneus. Des pneus correctement gonflés contribuent grandement à l'économie d’essence de votre véhicule. Selon Transports Canada :

« Le sous-gonflement [des pneus] augmente la résistance au roulement, ce qui réduit la durée de la bande de roulement et augmente la consommation de carburant. De plus, le pneu risque d’éclater. En effet, quand un pneu n’est pas assez gonflé, ses flancs plient et se déforment trop. Ces mouvements créent une accumulation de chaleur qui peut causer des dommages sérieux. Un seul pneu sous-gonflé de 56 kPa (8 lb/po2) peut en réduire la durée de 15 000 km et accroître la consommation de carburant de 4 %. »

Vérifiez la pression de vos pneus une fois par mois et assurez-vous qu’ils sont gonflés à la pression optimale recommandée dans votre manuel du propriétaire.

Vérifiez l’huile et le filtre à huile. La fréquence des vidanges d’huile dépend de nombreux facteurs, notamment votre type de conduite et la sorte de véhicule que vous conduisez. Consultez votre manuel du propriétaire pour connaître la fréquence des changements d’huile et assurez-vous d’utiliser le grade d’huile moteur recommandé par le fabricant. Un mauvais grade d’huile peut endommager votre véhicule et nuire à l’économie d’essence.

Vérifiez les câbles de la batterie. S’ils sont corrodés, cela signifie que l’alternateur du véhicule doit fonctionner davantage, ce qui augmente la consommation d’essence. Assurez-vous que les câbles de la batterie sont propres (remplacez-les au besoin) dans le cadre de votre entretien régulier.

Vérifiez le bouchon du réservoir d’essence. Non seulement ce bouchon empêche-t-il la saleté et les débris d’entrer dans le réservoir, mais il empêche également l’essence de s’évaporer dans l’air. S’il est brisé ou que le joint d’étanchéité est endommagé, vous pourriez perdre jusqu’à 3,5 litres toutes les deux semaines. Cela vaut la peine d’investir dans un nouveau bouchon de réservoir.

Purgez les injecteurs de carburant. Les injecteurs de carburant servent à injecter de l’essence dans le moteur et leur propreté influe grandement sur la consommation d’essence de votre véhicule. Des injecteurs encrassés peuvent aussi entraîner des problèmes comme des ratés d’allumage du moteur, un ralenti irrégulier ou même des à-coups à l’accélération. Il n’est pas nécessaire de les nettoyer aussi souvent que vous vidangez l’huile, mais un entretien devrait être fait selon un intervalle de 50 000 à 90 000 km.

Entretenir régulièrement votre véhicule est la meilleure façon d’en optimiser la consommation d’essence. Quand avez-vous fait faire l’entretien de votre véhicule pour la dernière fois? Avez-vous remarqué une différence dans la consommation par la suite?

- Rose R.

 


Les ballades estivales en voiture : Rappel concernant la règlementation sur les sièges d’auto

Rear-facing child safety seat

Il y a quelques semaines, la mère d’un jeune enfant nous conduisait, une autre amie et moi, à une fête. Quelques jours auparavant, elle et moi avons eu la conversation suivante par texto :

Moi : Dis donc, B voudrait également aller à la fête. Est-ce que tu as de la place pour une autre personne?

Elle : Désolée, la place est occupée par le siège d’auto.

Moi : Ah! Bon… on ne pourrait pas…

Elle : On ne pourrait pas quoi? L’enlever? Pas question… l’installation de ce siège a presque mis fin à mon mariage. Ce siège-là reste en place jusqu’à ce mon enfant soit trop grand pour l’occuper.

Moi : C’est bon… je comprends.

Avec le recul, j’aurais dû faire preuve de plus d’empathie. Je n’ai pas d’enfants, mais l’installation dans mon auto d’une plateforme pour empêcher mon vieux chien plein d’arthrite de glisser m’a donné envie de mettre le feu à ce bidule et à mon auto… et cette plateforme est BEAUCOUP moins compliquée à mettre en place.

Étant donné la frustration qu’entraîne la mise en place des sièges pour enfant, je suppose qu’il n’est pas surprenant ¬– comme l’indique cet article de la revue Driving – qu’entre 80 et 90 pour cent des sièges d’auto pour enfants au Canada soient mal installés. De toute évidence, il s’agit d’un problème grave. Au moment de prendre la route pour les vacances estivales, il est bon de s’assurer que le siège pour enfant est installé correctement et conformément à la règlementation en vigueur.

Nous avons déjà abordé le volet sécurité de ces sièges il y a quelques années, mais en préparant cet article, j’ai appris de nouvelles choses.

1. Les sièges pour enfants ont une date d’expiration. Lorsque cette date est échue, le siège doit être remplacé, et ce, même s’il a l’air en bon état et n’a jamais été impliqué dans une collision. Cela peut sembler une grosse dépense de remplacer un siège d’auto qui a atteint sa fin de vie, mais ces sièges peuvent être maltraités par leur petits occupants; compte tenu des dommages causés par le soleil et les rayons UV, l’usure normale et les fréquents changements dans la règlementation sur les sièges d’auto, il est important de respecter leur dates de péremption.

2. Sièges tournés vers l’arrière. Selon cet article du Huffington Post, 75 pour cent des parents aux États-Unis passent trop tôt d’un siège tourné vers l’arrière à un siège tourné vers l’avant. Aux États-Unis, un enfant doit avoir au moins deux ans avant que l’on puisse tourner son siège vers l’avant. En Suède, où le taux de décès sur la route est l’un des moins élevé au monde, les enfants peuvent rester dans leur siège tourné vers l’arrière jusqu’à quatre ans.

Transports Canada recommande de ne pas se fier à l’âge de l’enfant, mais plutôt à sa grandeur et à son poids. Tant que l’enfant répond aux normes du siège tourné vers l’arrière pour ce qui est de sa grandeur et de son poids, il est plus sécuritaire de continuer d’utiliser ce siège même s’il serait plus pratique d’utiliser un siège tourné vers l’avant.

3. Mise en garde. Dans notre article précédent, nous avons dit qu’il est illégal d’importer un siège d’auto des États-Unis. Le code de sécurité pour les sièges d’enfants en vigueur Canada est l’un des plus stricts au monde et plusieurs des constructeurs d’automobiles à l’extérieur du pays ne se conforment pas à ce code. Vous pouvez être mis à l’amende si vous utilisez un siège qui ne porte pas la marque nationale de sécurité. De plus, si vous achetez votre siège à l’extérieur du Canada, vous pourriez ne pas savoir si et quand votre modèle a fait l’objet d’un rappel, ce qui est essentiel à la sécurité de votre enfant. Consultez le site de Transports Canada pour les avis les plus récents sur les sièges d’enfant.

4. Formation gratuite sur l’installation des sièges pour enfants. Vous avez le manuel d’instructions. Vous avez Internet. Vous êtes ingénieur diplômé. Mais il est possible que vous ayez besoin de conseils pratiques pour bien installer votre siège. Réjouissez-vous, car il existe des formations gratuites sur l’installation des sièges partout au Canada. Pour connaître l’endroit le plus près où se donne cette formation, rendez-vous sur le site de Transports Canada.

Voici des conseils généraux de Transports Canada concernant l’utilisation des sièges pour enfants :

  • En vertu de la loi, l’enfant doit être attaché dans un siège ou un dispositif de retenue conçu pour son poids, sa grandeur et son âge. Prenez connaissance des règlements provinciaux/territoriaux pour en savoir plus.
  • Ne soyez pas pressé de faire passer votre enfant à un siège de catégorie supérieure. Tant que le poids et la grandeur de votre enfant sont conformes aux normes du siège, il y est en sécurité.
  • Certains sièges pour enfants peuvent servir à plus d’une étape de croissance. Lisez le manuel du propriétaire de votre siège pour de plus amples renseignements (et vous assurer que vous l’utilisez correctement).
  • Pour qu’une courroie soit bien ajustée, on ne doit pouvoir passer qu’un doigt entre elle et la clavicule de l’enfant.
  • Ne laissez aucun objet non arrimé dans votre véhicule, car cela pourrait frapper un passager en cas d’arrêt soudain.
  • Il peut être dangereux d’utiliser des objets qui ne sont pas fournis avec votre siège d’enfant (ex. une housse, un plateau ou des épaulières). Communiquez avec le fabricant du siège pour savoir s’il est sécuritaire d’utiliser ces articles.
  • Jusqu’à ce qu’il ait atteint l’âge de 12 ans, l’endroit le plus sécuritaire pour un enfant à l’intérieur d’une voiture est la banquette arrière.
  • Avez-vous peiné pour installer un siège d’enfant dans votre voiture

Avez-vous des conseils à donner? Faites-nous-en part dans la section des commentaires!

- Rose R.

 


Conduire hors Canada – les permis de conduire et les voyageurs

les permis de conduire et les voyageurs

L’automne dernier, nous nous préparions à nous rendre en Floride et, au moment de réserver un véhicule, j’ai eu une hésitation. Il me semble qu’il y avait…QUELQUE CHOSE sur les Canadiens qui prennent la route en Floride?

J’avais raison. Il y a quelques années, la Floride est devenu le seul État américain à exiger que les Canadiens aient un permis de conduire international (PCI) en plus de leur permis de conduire provincial. En effet, la loi stipulait que les automobilistes étrangers dont la langue du permis était autre que l’anglais devaient avoir un PCI; les Canadiens ont été pris de court par cette loi et, vous l’imaginez, les « Snowbirds » n’ont pas trop apprécié.

Heureusement, la loi a été abrogée. Désormais, les Canadiens peuvent conduire sur les routes de la Floride avec leur permis de conduire provincial valide. Si vous avez un permis en français, CAA-Québec recommande que vous vous procuriez un PCI si vous avez l’intention de conduire aux États-Unis.

Qu’en est-il à l’extérieur de l’Amérique du Nord? Peu importe la langue de votre permis, si vous prévoyez prendre un volant dans n’importe quel des pays signataires de la Convention sur la circulation routière de 1949, vous devrez demander un PCI avant de quitter le Canada.

À propos, un PCI, c’est quoi? C’est un document qui s’ajoute à votre permis de conduire actuel lorsque vous conduisez à l’étranger. En bref, il s’agit d’une traduction de votre permis canadien qui décrit aux autorités en plusieurs langues le type de véhicule que vous pouvez conduire. Il ne remplace pas votre permis de conduire; si on vous demande de produire votre permis, vous devez présenter votre PCI et votre permis de conduire canadien.

Le CAA est le seul organisme au Canada qui est autorisé à émettre le permis de conduire international et c’est simple d’en obtenir un. Vous devez :

− être âgé de 18 ans ou plus;

− avoir une adresse résidentielle canadienne;

− être détenteur d’un permis de conduire en règle émis par une province canadienne.

Pour obtenir un PCI, vous pouvez remplir une demande en ligne et la soumettre avec les documents exigés moyennant des frais de 25 $ payables à votre club CAA local. Pour en savoir plus sur les PCI, consultez la Foire aux questions sur le permis de conduire international.

Avant de partir, renseignez-vous, car bon nombre de pays qui n’ont pas signé la convention exigent un PCI. D’autres pays, dont le Brésil, vous permettent de conduire avec votre permis canadien (et votre passeport) pendant 180 jours avant d’exiger que vous demandiez un permis de conduire brésilien, bien qu’un PCI est recommandé.

Avez-vous déjà conduit hors du Canada avec un PCI? Parlez-nous-en dans la section commentaires!

- Rose R.


Règlement du stationnement sur rue au Canada : un vrai mélange hétéroclite

Stationnement sur rue

C’est plutôt difficile de stationner dans la rue dans notre quartier à Vancouver. Nous habitons près d’une grande intersection, d’une station du Skytrain et d’un collège communautaire, alors de nombreux navetteurs et étudiants stationnent ici. Nous voyons donc beaucoup de voitures garées de manière « créative », notamment en repoussant les limites stipulées par les règlements. Ajoutons toutefois que ces limites ne sont pas toujours évidentes, particulièrement dans les rues où il n’y a pas de règlement relatif au stationnement.

Nous avons observé une foule de remorquages l’été dernier et nous ne pouvions pas comprendre pourquoi. Tout d’abord, c’était toujours à une intersection en particulier, devant un immeuble d’habitation bas. Il semblait donc que quelqu’un téléphonait pour signaler ces « infractions ». Mais QUELLE était cette infraction?

Eh bien, nous avons découvert de quoi il s’agissait quand la voiture de nos amis a été remorquée un soir où ils nous avaient rendu visite. Nous les avons conduits au bureau de remorquage et constaté qu’ils avaient récolté une contravention pour avoir stationné à moins de six mètres du trottoir d’une intersection.

En manifestant ma colère envers notre voisin si pointilleux, deux autres pensées me sont venues à l’esprit : six mètres (ou plus de 18 pieds), c’est BEAUCOUP. Est-ce que tout cet espace est vraiment nécessaire? Et est-ce la même chose partout? Comme je suis curieux de nature, j’ai fait une recherche (qu’est-ce que j’aurais fait avant l’Internet?). Ce sont les municipalités qui établissent le règlement du stationnement sur rue (à Montréal, le règlement est dicté au niveau des arrondissements). Il y a des ressemblances et des différences d’une ville à l’autre au Canada, qu’il s’agisse du règlement, de l’amende et de la qualité de l’information du site Web.

Voici un échantillon des règlements du stationnement sur rue :

Vancouverpas à moins de six mètres du trottoir d’une intersection ou neuf mètres d’un coin.  (anglais seulement)

Calgary - pas à moins de cinq mètres d’un coin, d’une intersection ou d’un passage pour piétons indiqué.  (anglais seulement)

Toronto - pas à moins de neuf mètres d’une intersection de route.  (anglais seulement)

Monctonrèglement individuel pour chaque rue. Pour vous distraire, lisez l’Annexe R de son règlement de 110 pages. On y trouve chaque rue de Moncton. Exemple : « Rue Price : les deux côtés, à partir d’un point situé à 182,88 mètres à l’est de la promenade Elmwood en allant vers l’est ». 

Charlottetown - pas à moins de 12 mètres d’une intersection désignée.  (anglais seulement)

Reginapas à moins de 10 mètres d’une intersection ou d’un passage pour piétons, et pas à moins de trois mètres de l’intersection d’une ruelle.  (anglais seulement)

Ottawa - pas à moins de neuf mètres d’une intersection.  

On trouve un peu de tout au pays. Si vous vous rendez en voiture dans une nouvelle ville ou que vous y déménagez, ça vaut certainement la peine de vous renseigner au sujet des principaux règlements, notamment celui du stationnement sur rue. Certaines municipalités peuvent se montrer indulgentes envers les visiteurs ou les nouveaux résidents et d’autres, pas tant que ça.

Et si vous déménagez à Charlottetown, sachez qu’en plus de respecter la zone tampon de 12 mètres, vous ne pouvez pas conduire ou faire conduire un traîneau dans n’importe quelle rue, à moins de sonner une cloche qui offre un avertissement suffisant (arrêté relatif à la circulation, partie 8, article 8.2). C’est bon à savoir.

Connaissez-vous d’autres règlements du stationnement sur rue qui vous irritent vraiment? Partagez-les dans la section des commentaires! 

- Rose R.