Joignez-vous à nous dans le cadre de la campagne 19 heures de dévouement bienveillant de la Fondation proches aimants Petro-Canada

Voici une édition spéciale de Parlons carburant, présentée par la Fondation proches aimants Petro-Canada. La publication d'aujourd'hui est rédigée par Ulrike Thomas, conseillère principale, Engagement communautaire de Petro-Canada.

Chaque semaine, plus de 8 millions de Canadiens passent en moyenne 19 heures non rémunérées à tenir le rôle de proche aidant – une personne qui prend soin d'un membre de sa famille, d'un ami proche ou d'un voisin en plus de ses engagements habituels.

Dans cet esprit, la Fondation proches aimants Petro-Canada vous propose une occasion de vous impliquer non seulement dans le soutien aux proches aidants, mais d’apprendre d’une source directe le travail que représente la prestation de 19 heures de soins.

Entre le 19 octobre et le 19 novembre, nous tenons la première campagne annuelle 19 heures de dévouement bienveillant de la Fondation proches aimants Petro-Canada et nous vous invitons à vous joindre à nous pour faire connaître le travail des proches aidants au Canada et amasser des fonds.

la première campagne annuelle 19 heures de dévouement bienveillant de la Fondation proches aimants Petro-Canada

Vous pouvez participer seul ou en équipe en offrant 19 heures de soutien directement à un proche aidant tout en recueillant des promesses de dons auprès de votre entourage. Voici quelques idées pour soutenir les proches aidants :

  • Appelez-les pour prendre de leurs nouvelles et leur demander comment ils se portent. Le sentiment que l'on éprouve lorsqu'une personne pense à nous est incomparable.
  • Invitez-les à prendre un café afin qu’ils prennent du temps pour eux.
  • Passez une heure à chercher des services locaux pour l'être cher d'un proche aidant.
  • Offrez-leur d'aller faire leur épicerie.
  • Allez promener leur chien ou tondez leur pelouse.
  • Faites une recette en double ou cuisinez une douzaine de biscuits supplémentaire et apportez-leur.

Vous ne connaissez pas de proche aidant? Vous pouvez soutenir la cause en faisant un don sur notre page de l'événement.

Une fois que vous serez inscrit à la campagne 19 heures de dévouement bienveillant, vous aurez accès à une trousse d'outils virtuelle comprenant des détails sur les proches aidants, des communications rédigées au préalable et des ressources pour la collecte de fonds. Nous vous encourageons à partager votre parcours sur les médias sociaux en utilisant le mot-clic #19HeuresDeBienveillance. Vous pouvez nous suivre sur nos réseaux sociaux et surveiller les détails à propos des concours et prix spéciaux :

Tout l'argent amassé dans le cadre de cette campagne servira directement à fournir du soutien et des ressources aux proches aidants. La Fondation proches aimants Petro-Canada verse des subventions à des organismes de bienfaisance partout au pays qui aident cet important groupe.

L'une de mes citations favorites à propos des proches aidants provient de Rosalyn Carter…

« Il y a quatre types de personnes dans ce monde : ceux qui ont été proche aidant, ceux qui sont présentement proche aidant, ceux qui seront proche aidant et ceux qui auront besoin d’un proche aidant. »

J'espère que vous vous joindrez à notre campagne 19 heures de dévouement bienveillant pour amasser des fonds pour cette cause importante et la faire connaître.


Frew Energy partage l'abondance en livrant à des agriculteurs du foin indispensable

Je me considère plutôt chanceuse de mon choix de profession – écrire est un travail que je peux faire à peu près n'importe où et il ne dépend assurément pas des conditions météorologiques. Cet été, lorsqu'une vague de chaleur a déferlé sur Vancouver en fracassant des températures records pendant environ une semaine, je me suis demandé si je pourrais apporter mon ordinateur portable dans une chambre froide tout en réussissant à travailler un peu. Mais ma semaine passée à tenter de rester au frais n'est rien comparativement à ce que vivent les agriculteurs du Canada, dont plusieurs ont connu une année difficile. Non seulement ont-ils dû composer avec des vagues de chaleur sans précédent, mais les périodes de sécheresse estivales et les terribles feux de forêt ont laissé plusieurs agriculteurs aux prises avec des pénuries d'aliments pour leur bétail.

La plupart d'entre nous ne sont pas dans une position pour aider directement les agriculteurs, bien que l'achat de viande et de produits frais locaux soit un bon départ! Cependant, Mark Frew, président de Frew Energy (un partenaire de longue date de Petro-Canada) (anglais seulement) s'est retrouvé dans une telle position plus tôt cette année. Il a su qu'un de ses clients, Titan Trailers – une entreprise de l'Ontario qui fabrique des remorques à fond mouvant de 53 pi haut de gamme – avait offert de transporter du foin offert en don aux agriculteurs assiégés au moment d'expédier ses remorques dans l'ouest.

Un camion de Frew Farms tirant une remorque Titan
Un camion de Frew Farms tirant une remorque Titan

Les livraisons de Titan étaient prises en charge, mais l'entreprise avait identifié des besoins à Rainy River, en Ontario – une ville située à la frontière de l'Ontario et du Minnesota, à seulement 250 kilomètres de Winnipeg. Aucune remorque de Titan n'avait d'arrêt prévu dans cette région, mais après avoir subi les conséquences des feux de forêt et de la sécheresse, les agriculteurs de Rainy River avaient besoin de foin. Lorsqu'il a su cela, Mark est entré en action.

Nous avons été en mesure de rencontrer Mark et de discuter avec lui de ce qui s'est passé ensuite.

PC : Vous avez donc entendu parler des besoins à Rainy River?

Mark : Oui. Et je savais qu'il s'agissait simplement de réunir la bonne équipe pour venir en aide aux agriculteurs. Jerry, le directeur de Frew Farms, a obtenu le don d'un plein chargement de foin. Frew Farms a fourni le camion. Titan a été en mesure de nous prêter une remorque. Et Frew Energy a fourni le carburant pour le voyage.

Chargement du foin en vue du voyage à Rainy River
Chargement du foin en vue du voyage à Rainy River

PC : Cela ressemble à une véritable affaire de famille.

Mark : Ça l'était vraiment. En plus, comme tout le personnel de la ferme possède son permis pour conduire un camion, c'est mon frère Jack et mon neveu Aiden qui ont conduit le chargement de foin jusqu'à Rainy River.

Aiden, le neveu de Mark
Aiden, le neveu de Mark

PC : Pourquoi Rainy River?

Mark : Mike Kloepfer de Titan a identifié cette région pour nous. Nous avons été très chanceux dans notre région de l'Ontario avec les conditions météorologiques cette année. C'est le contraire à Rainy River. Il y a eu beaucoup de sécheresses et de feux. C'était un moment opportun – de partager l'abondance de notre région avec ceux qui n'en ont pas connu cette année.

PC : Qu'est-ce qui vous a poussé à agir?

Mark : J'ai grandi sur une ferme familiale avec mes trois frères et sœurs. Lorsqu'on naît et qu'on grandit sur une ferme, il y a toujours une partie de soi qui veille sur les autres agriculteurs. L'agriculture coule dans nos veines. On n'oublie jamais les valeurs qu'on apprend sur la ferme.

Merci d’avoir pris le temps de discuter avec moi, Mark! Et félicitations à vous et votre équipe à Frew Energy pour avoir soutenu les agriculteurs et partagé l'abondance au cours d'une année où tout le monde n'a pas été aussi chanceux – un excellent exemple de ce que signifie être #FièrementDici.

~Kate T.


Conseils de sécurité pour les jeunes conducteurs

Il y a longtemps, quand il était temps de passer mon examen de conduite, mon amie Carmen a eu la gentillesse de me prêter sa voiture ainsi que de se lever tôt un samedi pour me conduire à la SAAQ. Une véritable amie! Alors que nous étions sur le point de sortir de son allée, le père de Carmen est sorti du garage et s'est dirigé vers la voiture. Il s'est penché, a passé la tête par la fenêtre et a dit : « Je vais te dire ce que j'ai dit à Carmen quand elle a obtenu son permis. » Il s'est arrêté pour un effet dramatique, puis a lentement dit : « Ne conduis jamais en colère. » Puis il s’est levé, a tapoté le capot de la voiture et s'est éloigné.

examen de conduite

À 18 ans, je ne pense pas avoir bien compris ce conseil. Mais j'y ai pensé régulièrement au fil des ans et cela m'a certainement été très utile. La semaine prochaine, du 17 au 23 octobre, marquera la Semaine nationale de la sécurité des jeunes au volant - parrainée par Parachute, un organisme de bienfaisance national canadien dédié à la création d'un Canada plus sûr - je me suis demandé quels autres conseils avisés mes amis et collègues avaient reçus lorsqu'ils ont commencé à conduire. J'ai donc posé quelques questions à mon entourage et j'ai reçu quelques histoires à partager.

~|~

De Bryan R., leader d'unité à Suncor…
« Une chose que j'ai retenue de mon instructeur de conduite à Fort McMurray en 1998 : en hiver, faites 80 % de votre freinage avant de devoir vous arrêter complètement. Des conditions glissantes peuvent vous laisser moins de place pour vous arrêter que ce dont vous avez normalement besoin. »

~|~

De Kiret B., responsable de projet à Suncor…
« J'ai grandi à Vancouver et j'ai appris à conduire grâce à un ami de la famille qui possédait une école de conduite. Le meilleur conseil qu'il m'ait jamais donné est que vous ne pouvez pas contrôler ce qui se passe devant vous, mais vous pouvez avoir une influence sur ce qui se passe derrière vous.

Kiret à 19 ans
Kiret à 19 ans, debout derrière la deuxième voiture

Pour ce faire, il suffit de surveiller votre distance de suivi : si quelqu'un vous suit de trop près, gardez un peu plus d'espace par rapport à la voiture devant vous. Donc, en cas d'arrêt d'urgence, vous avez suffisamment de distance pour vous arrêter en toute sécurité et il y a une marge supplémentaire pour que la personne derrière vous s'arrête, espérons-le, sans heurter votre voiture. »

~|~

De Elizabeth B., directrice du Bureau de la transformation à Suncor
« Mon grand-père disait toujours : signalez avant de freiner. »

~|~

De Paul D., directeur de collectivité à LintBucket Media…
« Je me souviens d'une fois où j'ai appris à conduire sur une route rurale avec mon père. Nous respections la limite de vitesse, mais même ainsi, il n’a pas été long avant qu'un chauffeur de camionnette impatient ne nous suive de trop près. Il nous a suivis un certain temps, essayant de me forcer à aller plus vite, avant qu'il ne nous dépasse en gesticulant grossièrement et m'insultant à travers la fenêtre ouverte. J'avais tellement d'impulsions : je voulais faire un geste en retour, crier, klaxonner, accélérer et le suivre pendant un moment, peut-être le dépasser et crier quelques mots de mon choix - voir s'il aimait ça!

Mon père a dû sentir ce que je pensais. « Respire. Il y a des fous partout. Ne le laisse pas t'atteindre et ne riposte jamais. Tu es responsable de ta propre sécurité et de la sécurité de tes passagers avant tout. » Maintenant, je vis en Ontario et je conduis régulièrement sur la 401. Ces conseils sont vraiment utiles! »

~|~

Un grand merci à tous ceux qui ont partagé leurs histoires avec moi! Avez-vous reçu des conseils clés en tant que jeune conducteur qui vous sont encore utiles? Dites-le dans les commentaires!

~Kate T.