Innovation et inclusion dans le sport : une entrevue avec le paralympien Zak Madell

À Petro-Canada, nous croyons au pouvoir transformateur du sport, tant pour les individus que pour les collectivités. Nous le voyons dans la croissance et le perfectionnement des athlètes et des entraîneurs canadiens que nous appuyons grâce aux bourses du programme Favoriser les athlètes et les entraîneurs à la conquête de l’excellence (FACE) de Petro-Canada. Nous le ressentons lorsque nous regardons les Canadiens concourir aux Jeux olympiques et paralympiques, et que tout le Canada se rassemble pour soutenir les athlètes et les entraîneurs portant la feuille d'érable.

Cette conviction est l'une des raisons pour lesquelles nous sommes enthousiasmés par le thème de la Journée internationale des personnes handicapées de cette année (3 décembre) : Des solutions pour un développement inclusif : le rôle de l'innovation pour un monde accessible et équitable. Tout particulièrement, l'ONU présente le sport comme un cas exemplaire en matière d'innovation pour un développement inclusif du handicap et un secteur pour l'innovation, l'emploi et l'équité.

Zak Madell, Wheelchair Rugby, Tokyo 2020
Photo : Comité paralympique canadien

Nous voulions entendre un athlète canadien parler de l'impact de l'innovation sur son sport. L'an dernier, lors de notre entrevue avec Catherine Gosselin-Després, directrice exécutive, Sport au Comité paralympique canadien, nous avions appris l'existence de réparations sur place pour les athlètes pendant les Jeux paralympiques, en particulier dans le sport difficile du rugby en fauteuil roulant (aussi connu sous le nom de Murderball). Cela semblait donc être un bon point de départ pour une discussion sur l'innovation dans le sport. Nous avons été ravis de rencontrer Zak Madell, athlète de rugby en fauteuil roulant et triple paralympien.

Quand Zak avait 10 ans, il a perdu ses doigts et ses jambes à cause d'une infection septique à staphylocoques. Après son rétablissement, Zak s'est d'abord impliqué dans le parahockey sur glace, mais a eu du mal à tenir suffisamment bien le bâton pour jouer à un niveau élevé. Il a ensuite été initié au basketball en fauteuil roulant, qui faisait appel à sa nature compétitive et à son amour de la vitesse. Enfin, il a été recruté pour jouer au rugby en fauteuil roulant en 2011 et a connu une ascension fulgurante dans le sport depuis. Zak a participé à trois Jeux paralympiques (Londres, Rio et Tokyo) ainsi qu'à plusieurs autres tournois internationaux.

Zak, merci beaucoup de discuter avec nous aujourd'hui! Je me demandais simplement si vous pouviez parler de la façon dont le thème de la Journée internationale des personnes handicapées de cette année vous touche? En particulier, l'ONU considère le sport comme un exemple de secteur créateur d'équité, d'emploi et d'innovation pour les personnes handicapées. Quel impact le sport a-t-il eu sur votre vie?

Ma vie serait évidemment très différente si je ne faisais pas de sport. Après m'être fait amputer les doigts et les jambes à l'âge de 10 ans, le sport a joué un rôle clé dans ma rééducation physique et surtout mentale. Un autre avantage de s'impliquer dans le sport paralympique consiste en l'établissement de relations au fil des ans. Pour plusieurs, avoir un handicap peut parfois créer de l'isolement. Dans mon cas, il a été difficile dans mon enfance d’être l'une des seules personnes de mon école avec un handicap physique. Grâce à la communauté sportive, j'ai rencontré d'innombrables autres athlètes handicapés qui partagent à la fois une expérience de vie similaire et une passion pour le sport. 


Y a-t-il eu des innovations dans votre propre sport de rugby en fauteuil roulant qui ont amélioré l'inclusion ou l'équité?

Nous avons vu beaucoup d'innovations dans le sport du rugby en fauteuil roulant depuis sa création à Winnipeg en 1977. À l'origine, ce sport se pratiquait dans des fauteuils roulants lourds et encombrants de tous les jours. Plus de 40 ans plus tard, nous voyons maintenant des équipements hautes performances, durables et légers spécialement conçus pour le sport. Ceux-ci sont généralement adaptés à l'athlète selon son niveau de fonctionnement, avec un soutien et une stabilité accrus pour les athlètes dont les muscles du tronc sont limités, et des cadres personnalisés conçus pour accueillir les athlètes ayant des déficiences dans les membres. Cela a aidé des personnes ayant des handicaps plus importants à s'impliquer dans notre sport, tandis que les chaises leur permettent de concourir au plus haut niveau possible.

Avez-vous des conseils pour les personnes handicapées qui envisagent de faire du sport?

Il y a un sport pour tout le monde. Cependant, vous devrez parfois en essayer plusieurs pour trouver celui qui vous convient le mieux. La première étape consiste simplement à sortir et à les essayer! Il n'y a pas lieu d'être nerveux ou d'attendre que vous soyez la prochaine étoile paralympienne. Allez simplement vous amuser et, espérons-le, trouver une passion pour un nouveau sport qui créera des occasions incroyables, vous présentera de grandes communautés et changera votre vie de la meilleure façon imaginable.

Vous avez participé à trois Jeux paralympiques. Avez-vous prévu de concourir à Paris?

Oui! C'est mon projet actuel. Avant Tokyo, je ne savais pas si je continuerais la vie d'athlète de haut niveau. Cependant, j'ai toujours une passion brûlante pour le rugby en fauteuil roulant et le désir de ramener à la maison une autre médaille paralympique pour mon pays. De plus, le fait que les jeux de Tokyo aient été retardés d'un an signifiait qu'il ne s'agissait que d'un cycle de trois ans avant Paris, et cela donnait l'impression d'un engagement plus gérable. 

~|~

Merci, Zak! Nous vous remercions sincèrement de prendre le temps de nous parler aujourd'hui. Si vous souhaitez en savoir plus sur Zak (et que vous croyez qu'il est un conférencier inspirant), vous pouvez assister à une table ronde paralympique sur la Journée internationale des personnes handicapées le 5 décembre. Zak sera accompagné par d'autres paralympiens et des membres de la communauté paralympique.


Carburants de rechange : Avantages, obstacles et construction des infrastructures

En septembre cette année, Electric Autonomy Canada, une plateforme indépendante de nouvelles qui couvre les véhicules électriques (VÉ) et l'avenir du transport, a tenu une série de webinaires (anglais seulement) intitulée : « Alternative Fuels: The promise, the potential and putting it into practice » (Carburants de rechange : La promesse, le potentiel et la mise en pratique). Commanditée par Petro-Canada, une entreprise de Suncor, cette série en trois parties a rassemblé des panels d'experts du secteur de l'énergie afin d'aborder ce qui suit :

  • les types de carburants de rechange élaborés au Canada, tant pour le consommateur de tous les jours que l'industrie du camionnage;
  • les défis liés à l'infrastructure de la transition aux carburants de rechange;
  • la façon dont le Canada peut être et demeurer concurrentiel dans le domaine des carburants de rechange.

Le panel pour le premier sujet du webinaire, « On the road, rails and in the sky with alternative fuels » (Sur la route, sur les rails et dans le ciel avec les carburants de rechange), incluait Dave Fath, directeur général, Marketing de la marque Petro-Canada, Suncor. Dave a partagé ses réflexions sur les carburants de rechange qu'il juge les plus prometteurs pour l'industrie et le camionnage au cours des prochaines années :

« Pour une utilisation industrielle intensive, et pour le transport lourd en particulier, je crois qu'il y a un formidable potentiel pour le diesel renouvelable traité à l'hydrogène; c'est un produit qui présente une empreinte carbone considérablement moins élevée que le diesel classique et il offre le même rendement que le diesel ordinaire. Il n'est pas encore largement accessible aux consommateurs, mais nous commençons à le voir percer les marchés au Canada. Nous avons récemment procédé à son lancement en Colombie-Britannique (ÉcoDieselMC de Petro-Canada offert aux clients commerciaux) et au cours des cinq prochaines années, je crois que nous pouvons nous attendre à ce que les produits de DRH deviennent plus largement accessibles à l'échelle du pays ».

L'adoption des carburants de rechange par les consommateurs a été un sujet d'actualité lors du troisième webinaire, « Looking into the future – where do we go from here? » (Regard vers l'avenir – quelle direction faut-il prendre à partir de maintenant?) et la panéliste Shannon Wing, directrice principale, Stratégie et développement de Petro-Canada, Suncor, avait ceci à dire à propos du rôle de l'industrie énergétique dans la sensibilisation des clients aux avantages des carburants de rechange :

« De nombreux clients acquièrent des connaissances dans le secteur des carburants de rechange, mais il y a beaucoup de scepticisme à propos de certains des résultats. Par conséquent, je crois que nous avons réellement un rôle à jouer en transmettant de vraies études de cas ainsi que de l'information et des expériences. En tant qu'entreprises qui se considéraient auparavant comme des compétitrices, nous devrons nous rassembler dans le cadre de cette transition et communiquer cette information plus facilement que nous l'avons peut-être fait par le passé, afin de permettre à ces clients de réellement croire que la transition [aux carburants de rechange] peut fonctionner. »

Fournir des solutions de rechange énergétiques est un élément essentiel pour aider les clients de Petro-Canada à effectuer une transition vers un avenir sobre en carbone. Visitez le site https://electricautonomy.ca/alternative-fuels-canada-2022/ (anglais seulement) pour consulter ces trois webinaires et en apprendre davantage sur l'avenir des carburants de rechange au Canada.

Avez-vous des questions sur les carburants de rechange? Indiquez-les dans les commentaires et nous pourrions présenter votre question dans une publication future.


24 heures dans la vie d'un proche aidant – Fondation proches aimants Petro-Canada

Pour de nombreux proches aidants canadiens, le souci de l’autre n’est pas qu’un simple geste de gentillesse : c’est un engagement quotidien. Huit millions de Canadiens, une personne sur quatre, apportent un soutien régulier physique, émotionnel, social et financier à leurs proches qui sont malades, blessés, handicapés et âgés, même s'ils ne s'identifient pas comme proches aidants.

Pour aider tous les Canadiens à comprendre les défis auxquels les proches aidants font face chaque jour, nous avons créé une campagne nationale immersive appelée 24 heures de soins. Grâce à différents placements médiatiques ainsi qu'un site Web interactif, les Canadiens peuvent explorer une journée dans la vie de 10 proches aidants canadiens.

24 Heures de Soins

Le site Web héberge un film documentaire de 24 heures qui suit les 10 proches aidants et leurs proches tout au long de leur journée. Vous pouvez facilement visionner le film à votre propre rythme et obtenir un aperçu sans filtre de la vie d'un proche aidant à toute heure du jour. Sélectionnez 1 h et vous pourriez voir une mère réveillée qui surveille les battements cardiaques de son enfant. Passez à 15 h 30 et vous verrez un homme aidant son père âgé.

« Même si la prestation de soins touche des millions de personnes à l'échelle du pays, de nombreux Canadiens ne reconnaissent pas qu'il s'agit d'un enjeu qui nécessite du soutien, indique Leila Fenc, directrice, Fondation proches aimants Petro-Canada. Les soins ont souvent lieu en privé où ils ne sont pas vus. Nous sommes reconnaissants envers les proches aidants qui nous ont ouvert leurs maisons et leurs quotidiens pour nous aider à sensibiliser les gens aux défis auxquels ils font face chaque jour. »

Visitez 24HeuresDeSoins.ca pour en savoir plus sur les proches aidants au Canada et la vie moment par moment de 10 proches aidants. Renseignez-vous également davantage sur la Fondation et la façon dont vous pouvez soutenir les proches aidants à prochesaimants.ca.

 

Lancée en 2020, la Fondation proches aimants Petro-Canada facilite et élargit le travail des organismes de bienfaisance à l'échelle du Canada qui soutiennent les proches aidants et inspirent tous les Canadiens à faire de même. Jusqu'à maintenant, la Fondation proches aimants a remis des subventions totalisant environ 4 millions $.